Localisation France

Faire son huile végétale

Autonomie - Savoir-Faire - Résilience

Faire son huile végétale

Salut les citoyens prévoyants ! C’est satur-DIY !

J’ai longtemps hésité à vous présenter l’huile de blé ou l’huile de noix. Mais utilisant l’huile de blé uniquement pour mes volailles (vitamine E au max), mon choix se porte sur l’huile de noix.

Alors pourquoi faire de l’huile de noix (ou autre évidement). Celle-ci protège votre cœur car elle est riche en oméga 3 et et en acide gras poly-insaturé ! Donc ça réduit votre mauvais cholestérol !

En salade ou dans des plats, vous avez le choix pour la consommer ! Pour la friture, on ira vers une autre huile.

Matériel :

-Une presse Piteba

-500 grammes de noix décortiquée (de cerneaux de noix)

Etape 1 : Préparation des noix

Ramasser quotidiennement vos noix afin de ne pas les laisser sous la pluie.

Faites sécher vos noix quelques jours en les étalant, dans un endroit bien aéré (grange, atelier etc etc)

J’utilise un casse noix pour casser les noix et récupérer les cerneaux. Faites de même. Enlevez les cloisons, les cerneaux noircis et les morceaux de coque.

Etape 2 : Vérification de l’humidité

L’humidité du produit est très importante pour pouvoir faire de l’huile. Vous pouvez mesurer l’humidité absolue de vos graines en les faisant cuire pendant 1heure à 120 degrés, et comparer le poids avant et après la cuisson.

Je vous conseille plutôt d’ajouter automatiquement deux ou trois cuillères d’eau dans un sachet contenant 1 kg de cerneaux

Etape 3 : Préparation de la presse

Montez là correctement en suivant le mode d’emploi.

Ce n’est pas ma presse préférée mais ça reste une des meilleures presses sur le marché

A Noter : j’ai dégagé le système de chauffe afin de mettre une bougie à la bonne hauteur. Petit Bémol, la presse reste marquée par la suie.

Bien huiler la rondelle blanche en bout d’arbre.

J’ai aussi coupé le haut d’une bouteille afin de faire un petit entonnoir (« ah c’est dégueu ! Du plastique ! Tu n’es qu’un pur produit du capitalisme GNA GNA GNA »)

Etape 4 : Pressez moi tout ça !

On  va discuter tout de suite du point qui peut être problématique : On chauffe ou pas ? Moi je le fais pour comparer les résultats. Mais beaucoup de presseurs autonomes ne chauffent pas du tout leur presse. A vous de voir.

Pour 500 grammes de noix, j’ai obtenu 16 cl d’huile. Je ne saurais dire si c’est un bon ou un mauvais résultat, c’est un résultat reproductible de manière autonome ! Et ne pas oubliez cet objectif.

Etape 5 : Conservation de l’huile

Laissez décanter votre huile pendant deux ou trois semaines. Pour une meilleure conservation, transvaser l’huile dans des bouteilles propres et mettez-les à l’abri de la lumière. Vous avez un exemple d’une utilisation possible de la presse piteba.

Et survivez bien!

 

2 réponses

  1. Flo dit :

    Salut, j’ai la même presse, avec 500g de noix j’arrive à faire environ 30cl d’huile (après décantation)
    C’est vraiment important d’avoir le bon taux d’humidité, j’ai un peu galéré avant de comprendre ça.
    Le plus long c’est surtout de décortiquer les noix 😉

    • chamautonome dit :

      Et oui, l’humidité est importante! Mais je ne fais pas les calculs d’humidité à chaque fois. Je préfère avoir un peu plus d’eau et laisser décanter plus longtemps.

      A bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lorem id elit. felis Praesent id, sem, consequat.