Localisation France

L’élevage des lapins en liberté

Autonomie - Savoir-Faire - Résilience

L’élevage des lapins en liberté

Salut Les Citoyens Prévoyants!

Ahhh  j’aime les élevages complexes et fastidieux. Je vais vous présenter ma méthode d’élevage en liberté.


Évidemment, il faut choisir une race rustique, des lapins fermiers qui ne craignent ni l’hiver ni les maladies. Exit les races pures du style géant des Flandres, trop fragiles et nécessite trop de soin.


J’ai adopté une forme d’élevage particulière. Les lapins sont gardés quelques semaines quand ils sont jeunes dans des petits poulaillers, puis lâchés au milieu des poules.


Ils viennent à nous et on peut prélever tranquillement les lapins. Pas de perte, et les lapereaux adoptent le comportement des adultes.

Avant de lister les avantages et inconvénients, on va essayer d’expliquer le fonctionnement de la sexualité des lapins.

Un lapin mâle atteint sa maturité entre 5 et 7 mois, la femelle, plus précoce, entre 3 et 5 mois.

La saison sexuelle dure toute l’année, et contrairement au reste des mammifères, l’ovulation est provoquée par l’accouplement.

La gestation dure entre 28 et 35 jours et on peut avoir de 2 à 7 petits par portée. Pour ne pas fatiguer la lapine, il vaut mieux limiter à 2 portées par an.

Tout le processus de naissance n’est donc que très peu maîtrisé, je sais où la lapine met bas, mais je n’interviens pas.

Un point important, même si vous voyez souvent les femelles, cela ne veut pas dire que les petits sont morts. Elles ne sont présentes avec les petits que quelques minutes par jour lors de la tété du matin et du soir.

Avantages:

-Très peu d’effort car on laisse faire la nature et on prélève quand on veut.
– Cadence de reproduction élevée donc un très bon rendement.
-Nourris au foin et à l’herbe. Donc on peut produire cela de manière autonome.
-Tannage de peau très facile et la peau est de qualité.

Les inconvénients:


– Lorsqu’une maladie les touche, ils peuvent être décimés très rapidement.
– Si une maladie les a touchés, vide sanitaire obligatoire sur 3 semaines.

-Dur de séparer et éviter la consanguinité.

Et encore une fois, mon mode d’élevage est basé sur ma grande flemme. Il y a sûrement de meilleures méthodes comme en clapier. Mais ça ne m’intéresse pas. Je préfère voir mes lapines jouer avec mes chèvres TOY.

Et survivez bien !

9 réponses

  1. ferrandi dit :

    les risques de consanguinité sont presque nuls

    • chamautonome dit :

      Et oui!

    • Fanny dit :

      Bonjour,

      Merci pour cet article. Je vis en centre ville avec un jardin de 300 m2 où vivent mes poules en liberté et mon couple de lapin. La 1ère portée commence à sortir du terrier, comment les apprivoiser? Ou au moins les approcher?

      • chamautonome dit :

        Pour les apprivoiser, je te conseille de leur donner un mélange de graine tous les jours (quelques 10aines de grammes, pas plus). Très gourmants, ils s’approcheront.

  2. Laura dit :

    Bonjour,
    Je souhaite élever des lapins en liberté dans un parc de 2500 m2 mais je m’interroge : ne vont-ils pas chercher à fuir ? En avez-vous qui s’échappent ?
    Comment faites-vous pour leur donner envie de rester ? Il y a un grillage galvanisé à maille progressive qui cercle le parc mais s’il veulent passer, je crains qu’ils puissent le faire facilement.
    Pouvez-vous me donner votre avis ?
    Par avance merci,
    Bien à vous
    Laura

    • chamautonome dit :

      Bonjour, il faut les habituer à recevoir leur nourriture au meme endroit tous les jours.
      Pour le grillage, il faut du torsadé malheureusement.

  3. Fanny dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article. Je vis en centre ville avec un jardin de 300 m2 où vivent mes poules en liberté et mon couple de lapin. La 1ère portée commence à sortir du terrier, comment les apprivoiser? Ou au moins les approcher?

  4. Aurélie dit :

    BOnjour,
    Génial votre blog ! J’adore votre concept d’élevage de lapins en semi-liberté avec des poules et des chèvres 🙂
    Je vois que vous avez des cailles mais je ne trouve pas d’article à ce sujet. Pourriez-vous nous en dire plus ? Je ne m’intéresse pas à tout ça pour la nourriture mais pour le plaisir de voir les animaux et de nouer une relation avec eux. J’ai un grand enclos avec deux cochons d’Inde. J’aimerais les laisser libres totalement ; j’ai vu des gens chez qui les cochons d’Inde revenaient le soir dans leur maison. Nous avons des cailles qui viennent d’éclore et je me demande si celles-ci pourraient cohabiter avec les cochons d’Inde et/ou en liberté. Si seulement je pouvais les laisser voler et qu’elles rentrent à la maison le soir :-)))
    Au plaisir de vos nouvelles 🙂

  5. LAURENT dit :

    Bonjour,

    Merci pour cet article, j’ai également un grand jardin, j’ai déjà 3 moutons Ouessant et 3 chèvres naines, je me posais la question de rajouter 2 ou 3 poules et 1 ou 2 lapins. Pour les poules je pensais les habituer avec le poulailler et une petite surface pendant 3 ou 4 mois pour qu’elles comprennent que leur maison c’est le poulailler et que c’est la qu’elle doivent dormir et pondre, puis après plusieurs mois leur donner accès a tout mon terrain (environ 6000m2) et les laisser se débrouiller pour trouver leur nourriture et essayer le soir de les faire retourner au poulailler, est-ce faisable ?
    Pour les lapins je pensais faire un enclos de 20m2 sur de l’herbe et me limiter a 2 lapins de petites taille et robuste, est-ce possible de partir plus d’une semaine en vacances en leur laissant suffisamment eau et de foin ? Ou il faut un enclos beaucoup plus grand ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.